Azawad : AQMI appuie les narco-islamistes du MUJAO et prennent Ménaka en otage

21/11/2012 - 14:43

MENAKA (SIWEL) — Pendant que les terroristes du MUJAO, fortement appuyés par l’AQMI, livrent bataille à l’intérieur de Ménaka sans aucun égard vis-à-vis d'une population civile terrorisée par les combats, le MNLA refuse de prendre la population en otage et se retire à quelques kilomètres de Ménaka, espérant attirer les terroristes hors de la ville.


Unités du MNLA qui combattent les terroristes du MUJAO.PH/DR
Unités du MNLA qui combattent les terroristes du MUJAO.PH/DR
Il semblerait que les terroristes du Mujao se soient emparé de la ville de Ménaka après avoir affronté des unités du MNLA gênées par des combats qui se déroulent au beau milieu de la ville, engageant ainsi la vie des populations civiles ; une option, « pas noble » refusée par le MNLA qui considère que « la populations n’a pas à faire les frais des combats contre les narco-terroristes du MUJAO ».

Pour le MNLA, « il est hors de question de prendre la population en otage » en livrant bataille à l’intérieur de Ménaka, et préfère « attirer les narco-terroristes hors des villes ».

La presse internationale traite l’information de diverses manières et rapporte des détails contradictoires.

Ainsi, l’AFP affirme « sur la base de sources concordantes » que « les combattants du Mujao viennent de prendre le contrôle de la localité de Ménaka après un petit accrochage avec quelques éléments du MNLA ». Tandis que le journal Le Nouvel Observateur, se basant sur les déclarations du porte-parole du MUJAO, Oumar Ould Hamaha rapporte que « les touaregs se sont retirés de leurs positions mardi après de violents combats ». Le nouvel Obs poursuit en précisant que « des résidents de cette ville ont également confirmé par téléphone cette information tout en ajoutant que la rébellion touareg se trouve à quelques kilomètres de la ville », confirmant ainsi la position du MNLA quant à son refus de « livrer bataille à des narco-terroristes par populations interposées ».

Toujours dans les colonnes du Nouvel Obs, « M. Ag Assarid a accusé les islamistes du MUJAO de bénéficier du soutien d'Al-Qaïda au Maghreb islamiste (AQMI). » Ces renforts de l’AQMI au Mujao sont confirmés par le site internet de la chaine d’information BFMTV qui rapporte les propos d’un autre porte-parole du groupe terroriste Mujao, Abu Walid Sahraoui, qui a déclaré que son mouvement avait "reçu du renfort des frères musulmans d'Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et qu’ils "contrôlent désormais la ville », corroborant les propos d’un combattant du MNLA, cité par BFMTV, selon lesquels « Le Mujao est venu avec beaucoup de combattants d'Aqmi. Ils ont attaqué, nous avons résisté et après nous sommes partis »

Pendant ce temps-là, la presse malienne, elle, se réjouit des affrontements entre les Touaregs et les islamo-terroristes du Mujao qu’ils qualifient insidieusement « d’anciens alliés du MNLA » avec lesquels le MNLA aurait fait « cause commune » pour « envahir le nord du pays. », après les avoir taxés de « mercenaires libyens » faisant ainsi de la désinformation une arme de guerre psychologique visant à couper les touaregs du MNLA de tout soutien, aussi minime soit-il.

zp/wbw
SIWEL 211443 NOV 12




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu