Autodétermination : L'Algérie à une contradiction près selon qu'il s'agisse du Sahara ou de la Kabylie

15/08/2016 - 13:45

KABYLIE (SIWEL) — L'université d'été des cadres du Polisario organisée du 09 au 22 août 2016 à l'Institut des hydrocarbures de Boumerdès, sous le "haut patronage" du président algérien Bouteflika qui y a dépêché son propre conseiller Rezak Bara, dénote des moyens de répression incommensurable déployés par ce même régime colonial algérien pour empêcher le 3ème Congrès du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK) qui s'était déroulé le 26 février dernier à At Zellal


Les autorités algériennes, qui consacrent chaque année la bagatelle de 600 millions de dollars au Polisario et aux lobbies et médias pro-polisario, comme l'a révélé le quotidien espagnol "El Dia", s'indignent de l’entêtement du Maroc à ne pas reconnaître le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination...

Ces mêmes autorités ne cessent de parler de "tintamarre sur l'internet" dès lors qu'il s'agisse du droit du peuple kabyle à l'autodétermination. Et question budget, la Kabylie est victime d'un sabotage économique systémique de la part de la bureaucratie coloniale algérienne.

A noter que l'Algérie qui pousse le Front Polisario à la reprise de la lutte armée, « un devoir national », selon Brahim Ghali, le successeur de Mohamed Abdelaziz, met des moyens colossaux pour réprimer, harceler et intimider les pacifiques militants souverainistes kabyles dont la seule arme est la force de leur attachement à leur identité qu'ils savent épanouie qu'au sein d'une Kabylie libre et indépendante.

wbw
SIWEL 151345 AOU 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu