Attentat contre l’ambassade de France en Libye : Le revers de la médaille

23/04/2013 - 14:13

TRIPOLI (SIWEL) — Ce matin, l'ambassade de France dans la capitale libyenne a été la cible d'un attentat, à Tripoli. Les agences de presses occidentales et la presse française parlent de probable attentat à la voiture piégée et ne mentionnent pour l'instant que deux blessés, dont un grave. François Hollande a déclaré que « Cet acte vise, à travers la France, tous les pays de la communauté internationale engagés dans la lutte contre le terrorisme ». François Hollande et la communauté internationale devraient plutôt revoir leur politique étrangère et leurs étranges « amitiés politiques » avec les plus grands sponsors du terrorisme international, notamment le Qatar et l’Arabie saoudite.


Ce qui reste de l'ambassade de France à Tripoli après l'attentat qui l'a ciblé ce matin.(PH/DR/Reuters)
Ce qui reste de l'ambassade de France à Tripoli après l'attentat qui l'a ciblé ce matin.(PH/DR/Reuters)
Le quartier abritant l'ambassade de France à Tripoli a été secoué ce matin par une très forte explosion. FRI annonce que « Selon des témoins sur place, les murs et tout le bas de la chancellerie se seraient effondrés » et qu’il « s'agirait d'une attaque à la voiture piégée ». Citant « Une source française », RFI annonce qu’« un garde a été grièvement blessé et un second légèrement ».

La France a bien entendu« condamé avec la plus grande fermeté l'attentat » commis contre son ambassade à Tripoli en Libye et le président français, François Hollande a notamment déclaré que « Cet acte vise, à travers la France, tous les pays de la communauté internationale engagés dans la lutte contre le terrorisme ».

Cependant, il serait peut-être temps que « la France et la communauté internationale » réalise que le fait de s’accommoder de l'islamisme politique, notamment ceux des régimes despotes d'Afrique du Nord, ne les dispenseront certainement pas d'êtres ciblés par les « petits protégés » des Etats islamiques dont ils se sont fait les grands amis politiques à l’instar du Qatar et de l’Arabie saoudite.

Si en s’accommodant de l’islam politique « chez les autres », notamment chez les amazighs d’Afrique du Nord et du Sahel, l’occident se croit à l’abri de la « culture islamiste » qui n’a pas d’autres objectifs que « d’éradiquer » tout ce qui n’est pas conforme à leur conception de la société, cet attentat, tout comme celui de Benghazi contre l’ambassade américaine ne sont que des préludes à bien plus que cela.

Les effets du laxisme occidental vis-à-vis de l’Islam politique ont déjà commencé à se faire ressentir dans les banlieues de Paris et de Londres, notamment. Pourtant Londres et Paris n’hésitent pas à apporter leur soutien politique et logistique aux « rebelles syriens » dont une bonne partie d’entres-eux ne sont autres d’authentiques salafistes.

zp,
SIWEL 231413 AVR 13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu