Attaque d'In Amennas : Mokhtar Belmokhtar revendique et pose ses conditions

17/01/2013 - 14:46

IN AMENAS (SIWEL) — Alors que le ministre de l’intérieur Algérien annonce qu'il n’est pas question de négocier avec les terroristes, des sources proches de la base affirment que des négociations sont en cours et que les terroristes demandent une vingtaine de véhicules de type 4x4 afin de sortir avec les otages qu’ils ont promis de libérer une fois arrivés à la frontière avec le Mali. D'autre part, Daho Ould Kablia, ministre algérien de l’intérieur, qui affirme écarter toute négociations avec les terroristes, mais annonce néanmoins sur France 24 «qu’il n’y a aucune autre possibilité pour les preneurs d’otages que de négocier la possibilité de sortir », c’est précisément ce que réclame la katiba de Mokhtar Belmokhtar


Capture d'écran d'une vidéo non datée de Mokhtar Belmokhtar obtenue par l'Agence d'information mauritanienne, Nouakchott . (PHOTO AFP/ HO / ANI)
Capture d'écran d'une vidéo non datée de Mokhtar Belmokhtar obtenue par l'Agence d'information mauritanienne, Nouakchott . (PHOTO AFP/ HO / ANI)
Les islamistes, se réclamant de la brigade du chef terroriste Mokhtar Belmokhtar, qui ont mené, hier mercredi 16 janvier, une opération terroriste contre le site gazier d’In Amenas, ont affirmé avoir agi en représailles contre l’intervention militaire française au Mali et contre l’ouverture de l’espace aérien algérien qui a permis à l’aviation française de mener des opérations militaires dans la région.

Selon un communiqué transmis à l'agence Nouakchott Information, les islamo-terroristes exigent « la fin de l'agression française au Mali ». Ils ont par ailleurs affirmé être venus du Mali en représailles à « l'ingérence de l'Algérie » qui a ouvert son espace aérien à l’aviation française. Dans une intervention à la télévision algérienne, Daho Ould Kablia a quant à lui démenti l’information et a affirmé que les terroristes sont des « locaux » et qu'ils « ne sont entré ni du Mali, ni de Libye, ni d’un quelconque autre pays voisin ». Or, il est de nortoriété publique que Mokhtar Belmokhtar active depuis de longues années dans le Sahel et qu'il avait pris le contrôle, avec le Mujao, de la ville de Gao après avoir mené une offensive contre les Touaregs du MNLA. Ces derniers avaient libéré l'Azawad avant d'être combattus par la coalition AQMI, Ansar Dine et Mujao.

Une quarantaine d'employés occidentaux sont actuellement otages du groupe terroriste qui occupe toujours le site Sonatrach-BP-Statoil d’In Amenas. Le ministre algérien de l’intérieur avait annoncé hier l’encerclement du site par l’armée algérienne. Selon des informations obtenues auprès de sources locales, les forces de sécurité algériennes ont tenté, sans succès, un assaut contre les terroristes. L’assaut a été confirmé par les terroristes qui ont affirmé avoir repoussé une attaque de l’armée algérienne pendant la nuit.

Selon Al-Jazeera, une télévision arabe du Qatar, la katiba de Mokhtar Belmokhtar exige le retrait de l'armée algérienne qui encercle la plateforme gazière. Mais le site est toujours encerclé et l’armée algérienne a entrepris des discussions avec les terroristes qui menacent de tout faire exploser en cas de non satisfaction de leurs conditions. Les terroristes auraient piégé le site et auraient même disposé des ceintures d’explosifs sur des otages.

Alors que le ministre de l’intérieur Algérien annonce qu'il n’est pas question de négocier avec les terroristes, des sources proches de la base affirment que des négociations sont en cours et que les terroristes demandent une vingtaine de véhicules de type 4x4 afin de sortir avec les otages qu’ils ont promis de libérer une fois arrivés à la frontière avec le Mali. D'autre part, Daho Ould Kablia, ministre algérien de l’intérieur, qui affirme écarter toute négociations avec les terroristes, annonce néanmoins sur France 24 «qu’il n’y a aucune autre possibilité pour les preneurs d’otages que de négocier la possibilité de sortir », c’est précisément ce que réclame la katiba de Mokhtar Belmokhtar

Pour rappel, Mokhtar Belmokhtar est un islamo-terroriste algérien qui sévit depuis plusieurs années dans l’Azawad (Nord-Mali). Il avait participé auprès du MUJAO à l’attaque qui avait délogé les Touaregs du MNLA de la Ville de Gao. Il avait alors été donné pour mort mais ses compagnons ont vite démenti la rumeur. Mokhtar Belmokhtar est un algérien qui s’est formé au djihadisme dans les camps d’entraînement islamistes en Afghanistan. Il devient en 1993, l’un des chefs terroristes de l’obscur Groupe islamique armé (GIA) qui a supplanté l’AIS, l’armé islamique du salut : la branche armée du Front islamique du salut(FIS). Il a ensuite été à la tête du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) qui est devenu par la suite l’Aqmi en 2007 et sévit depuis dans tout le sahel par diverses prises d’otage, trafic de drogue et contrebande. Mokhtar Belmokhtar est aujourd’hui un dissident de l’Aqmi et a crée sa propre katiba (brigade)

zp,
SIWEL 171446 JAN 13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu