Après une semaine d'hospitalisation à Paris : Bouteflika "réapparaît" à travers un message aux Algériens

01/05/2013 - 00:08

ALGER (SIWEL) - Après près d'une semaine d'hospitalisation à Val-De-Grâce, Bouteflika " réapparaît "à travers un message que les médias du régime ont diffusé, ce début de soirée.


Un "président" qui n'appraît que lors des matchs de football. PH/DR
Un "président" qui n'appraît que lors des matchs de football. PH/DR
Pour mettre fin à toutes les "rumeurs", le donnant pour définitivement invalide pour assumer sa mission de chef de l'Etat, Bouteflika "réapparaît", à travers un message que les médias du régime ont diffusé, ce début de soirée.

Ainsi donc, Bouteflika "rassure" les Algériens sur sa santé, après un mini-AVC qu'il a fait en milieu de journée, samedi dernier. Dans son message Bouteflika se dit très peiné de ne pouvoir célébrer la Fête des travailleurs aux cotés des Algériens. « Il m’est très difficile, alors que je me trouve dans un hôpital à l’étranger, de ne pas être, pour la première fois, aux côtés du peuple algérien pour célébrer la Fête des travailleurs », a-t-il "écrit".

Bouteflika a mis l'accent de "son " message sur le fait qu'il ne pourra pas assister aux finales de football des coupes d'Algérie, des clubs et des clubs militaires. Comme le football est cette folie que le pouvoir "alimente" depuis des années, notamment avec les messages de soutiens que les présidents des différents clubs lui expriment par allégeance.

Bouteflika l'avait pourtant clairement signifié lors de l'attaque de Tiguentourine, où il n'avait pas daigné rassuré les Algériens après la dangereuse et aussi la spectaculaire attaque contre "le cœur" de la rente, mais il avait préféré envoyer "des coucous" pour l'Equipe nationale qui partait pour sa déroute en Afrique du sud.

Le message de Bouteflika est aussi une manière de couper court aux "spéculations" des uns et des autres sur son avenir politique. Même si le diagnostic fait par des médecins sur son état de santé qui ne lui permettrait plus de gouverner, Bouteflika tente, même sur son lit d'hôpital de tirer son épingle du jeu.

dm
SIWEL 01 0008 MAI 13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche