Après la diffusion de la déclaration de JRK : la police algérienne inspecte les cybercafés de Kabylie

03/08/2012 - 15:42

KABYLIE (SIWEL) — Plusieurs cybercafés ont eu la désagréable visite des services de répression algériens, à la recherche des animateurs de « Jeunes révolutionnaires kabyles », (JRK).


Plusieurs cybercafés ont eu la désagréable visite des services de répression algériens. PH/DR
Plusieurs cybercafés ont eu la désagréable visite des services de répression algériens. PH/DR
Les citoyens de Kabylie pensaient que la descente des policiers et autres services de répression dans les cybercafés de la région, avait un lien « avec les non-jeûneurs ».

Au bout d’une demi-journée d’investigation, les citoyens se sont rendu-compte que « l’objectif de la police est de traquer les animateurs de Jeunes révolutionnaires kabyles », qui vient de lancer un communiqué sanctionnant les travaux de création du mouvement.

Plusieurs cybercafés ont été passés au peigne fin pour les agents de la police, lesquels, ont eu vent de la création de cette organisation révolutionnaire kabyle.

« C’était le mercredi où plusieurs voitures de police ont encerclé notre quartier à Tizi-Ouzou », témoigne un jeune internaute. « Au début, j’avais pensé à une chasse aux non-jeûneurs ou aux jeunes couples », mais, il s’est avéré, a-t-il ajouté que « les services de répression traquaient les animateurs de Jeunes révolutionnaires kabyles (JRK) ».

Sur cette initiative, notre interlocuteur a souligné que « pris de panique, les services algériens voulaient briser l’initiative avant que les autres jeunes Kabyles épris de liberté n’en prennent attache », sur ce, « nous apportons notre total soutien et notre entière adhésion à cette initiative ».

aai/maks
SIWEL 3 1542 Août12




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche