Amokrane Sabet : sauvagement assassiné par l’Indonésie, calomnié par la France, ignoré par l’Algérie et pleuré par la Kabylie.

16/05/2016 - 23:30

ENQUETE (SIWEL) — La dépouille du défunt est arrivée samedi dernier en Kabylie, une Kabylie émue et bouleversée ; cette triste nouvelle a enflammé tous les réseaux sociaux et traumatisé tous les habitants de son village IGHIL GUEFRI où le défunt a été enterré hier dimanche.


AMOKRANE à Iger Guefri ( Kabylie)
AMOKRANE à Iger Guefri ( Kabylie)
Les vidéos et les images de son assassinat diffusées sur l'internet et notamment sur Youtube, témoignent d’une exécution lâche, brutale, d’une sauvagerie barbare hors du commun, commise par une armée de policiers et autres agents de l’Etat indonésien, armés jusqu’aux dents qui se sont acharnés sur le champion Kabyle de la MMA (Arts martiaux mixtes ou combat libre).

Qui est Amokrane ?

Amokrane SABET connu sous le pseudonyme de KIANE SABET, est né en 1972 à Toulon dans le sud-est de la France.
Selon sa sœur, Amokrane pratiquait beaucoup de sport et d'arts martiaux depuis son jeune âge ; puis devenu jeune homme, il a voulu faire une carrière de mannequin à Paris mais a vite déchanté, il décida alors, d’aller s’installer en Angleterre en 1999, pour entamer une carrière fulgurante et gratifiante dans les combats libres.

Après une carrière de champion dans le domaine des combats libres, notamment la MMA (Arts martiaux mixtes) , il ouvre sa propre entreprise, une boite de sécurité privée, puis un night-club baptisé le Vendôme et un Pub à Londres ; il a également fait plusieurs apparitions dans le monde du cinéma, comme acteur d’abord, puis coach de comédiens en sports de combat, où il a notamment joué avec le célèbre acteur Américano-Belge Jean Claude Vendame.

Amokrane revient pour enterrer son père en 2007, dans son village natal à Larbaa Nat Iraten, le village Ighil Guefri ; son séjour de courte durée lui a permis de renouer avec sa Kabylité, selon son ami du village, SAID, contacté par Siwel.

Mokrane après une longue absence découvre une Kabylie belle et envoûtante, ce qui l’a poussé à revenir quelques temps après pour passer un long séjour et ne plus jamais la quitter, puisqu’il revient chaque année passer un séjour chez lui en Kabylie.

- Amokrane, un homme humble et modeste-, témoignent les gens de son village, généreux et plein de bonté ; Said se souvient de cette générosité « il distribue des billets à tout le monde, notamment aux jeunes ; il est aimé de tous, pour ses conseils et son bon cœur, il était un "DADDA" exemplaire, il incitait les jeunes de son village à faire du sport et éviter ainsi toute forme de débauches » ; Said rajoute « il a même construit une petite villa qu’il a cédée à un parent pauvre à Ighil Guefri».

Amokrane avait pour projet de construire une école d’arts martiaux dans son village, mais la sauvagerie humaine en avait décidé autrement.

Les citoyens d'Ighil Guefri sont profondément choqués, traumatisés par cette terrible nouvelle et notamment par la violence des images de son lâche assassinat par une armée de mercenaires.

Que s’est-il passé au juste ? Amokrane victime d’un chantage de la part des policiers ripoux ?

L’ex champion de la MMA Amokrane SABET, âgé de 44 ans vivant en Angleterre, s’est rendu en Indonésie courant 2015 où il s’est installé à BALI; une île touristique. Son visa est arrivé à expiration septembre de l’année passée selon les autorités indonésienne.

Pour prolonger son séjour, Amokrane a eu le malheur d’accepter les services d’un policier ripoux, qui lui a promis de régulariser sa situation moyennant une somme d’argent (selon une source proche de la famille du défunt) ; après plusieurs mois d’attente, Amokrane demande des explications à cet officier de la police de BALI qui n’a pas honoré sa parole, une dispute s’en est suivie, c’est à partir de là que probablement ce ripoux avait orchestré sa liquidation physique car il est devenu un témoin gênant .

Le piège mortel monté de toute pièce par une police renommée pour ses pratiques douteuses et mafieuses, s’est refermé sur Amokrane ; la sœur de défunt affirme avoir contacté les voisins de son frère qui lui ont confirmé ce genre de pratiques : « …ils m’ont avoué que la police fait du chantage aux touristes ».

Amokrane sentant le danger qui le guette et l’imminence d’une violence probable de la part de ces seigneurs de la guerre, a dû comme n’importe quelle autre personne dans sa situation être sur ses gardes et doubler de vigilance.

Le 2 mai passé, une armada d’agents en civil armés jusqu’aux dents, font irruption chez lui .

Se retrouvant en situation de légitime défense, il s’est emparé d’un couteau ; rappelons que c’était face à des kalachnikovs et des armes automatiques, il est clair que le rapport de force est en sa défaveur ; ne réalisant pas encore la situation dramatique dans laquelle il se trouve, il a pris conscience de l’ampleur du danger, une fois dehors et qu’il s’est retrouvé encerclé de partout par des agents armés ne portent pas d’uniformes (probablement des agents des services d’immigration) et par des policiers en uniforme, au total plus de 40 agents.

Tout ce dispositif impressionnant, et l’on voudrait nous faire croire que c’était un banal problème de titre séjour expiré ?

Une vidéo visionnée plus de 300 000 fois, circule sur Youtube, où l’on peut y voir toute la sauvagerie de cet ignoble assassinat, une armée de mercenaires qui s’acharnent sur un homme isolé, seul et qui ne croyait pas qu’il allait être abattu de sang-froid, en présence de dizaines de témoins, qui filmaient toute la scène.
Amokrane Sabet : sauvagement assassiné par l’Indonésie, calomnié par la France, ignoré par l’Algérie et pleuré par la Kabylie.

La vidéo de son assassinat

L’analyse de la vidéo montre clairement, que le pire aurait pu être évité, vu que dès la première seconde Amokrane choqué par le dispositif impressionnant qui a été dépêché pour soit disant « l’interpeller », n’avait qu’un couteau à la main face à une machine de guerre composée de plus de 40 hommes armés, prêts a lui faire la peau.

La présence de nombreux témoins à quelques 20 mètres du lieu de crime, munis de Smartphone et filmant la scène, avait fait penser à Amokrane qu’il serait à l’abri d’une exécution sommaire ; malheureusement pour lui, la décision de l’abattre semblait être prise bien avant qu’ils fassent éruption à son domicile.

On voit clairement un agent en civil près d’Amokrane à quelques pas à peine, à la première seconde de la vidéo, sans aucune peur de se faire agresser ! La question qui se pose : si vraiment Amokrane voulait en découdre avec cette « police » alors pourquoi semble-t-il se maîtriser, ne témoignant pas la moindre volonté d’agresser ce policier en civil ?

Pourquoi cette fameuse police n’a pas négocié avec lui ? Pourquoi des coups de sommations sans lui signifier ses droits ? Pourquoi après avoir reçu plus de 30 balles, on le voit jonché à terre incapable de se mouvoir, on lui a tiré à bout portant en pleine tête, explosant ainsi le crane et le vidant de la quasi-totalité de la cervelle …..

Autant de questions qui nous renseignent sur la volonté de liquider Amokrane, contrairement aux affirmations surréalistes de la police de Bali, attestant toute honte bue, qu’il s’est tué lui-même (sic) !

Amokrane diffamé par la presse française et ignoré par l’état algérien :

Un mutisme déconcertant de la part de la France officielle, ni le quai d’Orsay, ni même l’ambassade de France en Indonésie n’ont fait le moindre communiqué sur cette affaire, la loi de l’omerta est imposée,sachant que Amokrane est un citoyen français.

La France officielle méprise à ce point ses enfants, lorsqu’ils ne sont pas des français de « souches» ?

Combien de Kabyles qui ont fait et font encore le bonheur de la France dans tous les domaines ?

D’Edith Piaf à Zidane en passant par l’homme d’affaire Kabyle Rebrab, le sauveur des emplois français ; la liste est aussi longue que l’histoire de l’émigration Kabyle en France.

De coté de la presse française c’est un vrai désastre, des propos calomnieux reportés par plusieurs titres de journaux sans même prendre le soin d’aller vérifier ce tissu de mensonge éhonté sur place, Jean Marc Morandini sur orange.fr, le figaro est allé même jusqu’à traiter le défunt d’illuminé, en citant une soi-disant publication qui n’existe pas d’ailleurs sur la page Facebook d’Amokrane, ou il aurait affirmé qu’il est Jésus Christ, des propos complètement irresponsables, et déshonorants pour la mémoire de grand athlète et de grand homme qu'était Amokrane.

L’Etat algérien quant à lui, il a tout simplement ignoré cette affaire, ni dépêche ni communiqué, avec ce silence il a affirmé d’une façon un peu plus claire et officielle qu’il s’agit d’un citoyen d’un autre pays en l’occurrence du PAYS KABYLE.

Amokrane Sabet : sauvagement assassiné par l’Indonésie, calomnié par la France, ignoré par l’Algérie et pleuré par la Kabylie.
Seul un Etat Kabyle souverain peut garantir la sécurité de ses enfants partout dans le monde !

L’image terrible qui a choqué tous les Kabyles, c’est l’image qui le montre sur un brancard enchainé comme une« bête sauvage » après avoir reçu plus de 40 balles selon l’autopsie.

Pourquoi ces chaines ? Amokrane même mort leur fait peur ?

Une image terrifiante qui a fait couler des larmes de colère, d’indignation et d’émoi.

Amokrane paix a son âme est enterré hier dimanche 15 Mai 2016 dans le village natal de ses parentes, a Ighil Guefri, là où il a lui-même enterré son père 9 ans auparavant, les citoyens de ce beau village de Kabylie sont dérouté et en colère, le traumatisme se lit sur tous les visages, les membres du comité de village avaient voulu ouvrir le cercueil, mais le frère du défunt, Rachid, leur a demandé de ne pas le faire, car la sauvagerie de ses assassins fait qu’on ne peut pas présenter le beau visage de fils d'Ighil Guefri.

La mère d'Amokrane âgée de plus de 70 ans et son frère Rachid sont en ce moment même en Indonésie (BALI) pour suivre sur place le déroulement de l’enquête de ce lâche assassinat.

Amokrane ou Kiane reposera à jamais dans la terre Kabyle, une Kabylie qu’il a tant aimée, aux côtés de son père et de ses ancêtres, repose en paix champion !

at/wbw
SIWEL 162330 MAI 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu