Amnesty international appelle à l'arrêt des bombardements de civils par l'armée malienne

25/02/2012 - 22:37

TESSALIT (SIWEL) — Dans une déclaration parvenue à Siwel, le Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA) condamne les bombardements de civils par l'armée malienne les qualifiant d'«assassinat collectif et prémédité». Amnesty international appelle à l'arrêt des bombardements.


Kel Essouk (PH/ AFP)
Kel Essouk (PH/ AFP)
« L'armée d'occupation malienne use d'hélicoptères de guerre conduits par des mercenaires ukrainiens et bombarde des civils. » lit-on dans la déclaration du MNLA signée par son chargé de communication, Mossa Ag Attaher.

Le mercredi 22 février, le campement nomade des Kel Essouk, à une vingtaine de kilomètres à l'Est de Kidal, a subit des bombardements de l'armée malienne. La zone du campement d'Inkoudoudoukoume est plate et ouverte, sans aucun moyen de se mettre à l'abri des bombardements aériens sur une distance de plusieurs kilomètres.

« Ceci n'est pas un acte de guerre contre le MNLA mais bien un acte criminel, un assassinat collectif et prémédité, » ajoute la déclaration.

Dans un communiqué publié le 23 février sur son site, Amnesty international a rapporté la mort d'une fillette et la blessure de douze autres personnes par le bombardement du campement de Kel Essouk. L'ONG internationale a appelé « le gouvernement malien et le droit international humanitaire à mettre fin immédiatement à ces bombardements violents ».

bbi
SIWEL 252237 FEV 12




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu