Amara Benyounès accuse le RCD de mener un « combat d’arrière-garde »

12/10/2011 - 08:18

ALGER (SIWEL) — Invité au forum du quotidien arabophone, Echorouk, paru aujourd’hui mercredi 12 octobre, l’ex-député et ex-ministre, Amara Bnyounès s’est violemment attaqué à son ancien parti, le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD).


Amara Benyounès accuse le RCD de mener un « combat d’arrière-garde »
M. Benyounès, devenu l'un des soutiens au chef de l'Etat Bouteflika, a accusé notamment le RCD de mener un « combat d’arrière-garde, en s’en prenant aux moquées », en rappelant le cas de la mosquée d’Aghribs : « La démolition de la mosquée d’Aghribs, affirme-t-il, est un acte très dangereux dans la région de Kabylie connue pour son attachement à l’islam.»

Il reproche aussi au RCD « son immixtion » dans les affaires de la JSK. « Le bilan de Hannanchi est bien meilleur que celui du chef du RCD », a-t-il dit, en référence à la polémique entre le député RCD, Nordine Aït-Hamouda et le président du club kabyle, et pour laquelle le journal Echourouk, a servi de tremplin.

Amara Benyounès, dont le parti, l’UDR, est dans l’attente d’un agrément, se dit motivé pour participer aux prochaines élections « avec ou sans agrément. »

Enfin, il affirme que l’ancien ministre de l’intérieur, Yazid Zerhouni, « était l’instigateur de tous les mouvements de redressement au sein des partis politiques » ; preuve, selon lui, que « le spectre de ces mouvements a cessé depuis le départ du ministre. »

asd
SIWEL 120820 OCT 11




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu