Alors que l’Algérie officielle lui rend de grandioses hommages : Quelques vérités sur Taieb El Okbi

14/05/2013 - 14:40

ALGER(SIWEL) — Au moment où l’Algérie arabo-raciste rend hommage à des hommes que l’Histoire a marqué en lettre de honte pour leur position, d’autres hommes, à l’image de Abane, Krim, Amirouche…, sont effacé des annales de l’Histoire.


Abdelhamid Ben Badis (à gauche) et Taieb El Okbi (à droite). PH/DR
Abdelhamid Ben Badis (à gauche) et Taieb El Okbi (à droite). PH/DR
Après la réhabilitation de Messali Hadj, chef du MNA qui a combattu le FLN et l’ALN, après avoir fait de l’Emir Abdelkader, premier harki algérien, le fondateur de la « Nation » algérienne, Taieb El Okbi, un des amis de la France coloniale, bénéficie, lui aussi des largesses politiques et historiques du pouvoir. Pour illustrer un peu le propos, nous allons reprendre quelques extraits d’un entretien qu’il a accordé le 17 juin 1933 à l’Afrique du nord illustrée, dans son numéro 633.

A une question du journaliste Robert Randau sur les relations que Taieb El Okbi souhaite entre les musulmans algériens et les Français, il répond : « Mon vœu le plus cher est que les Musulmans et les Français entretiennent non seulement de bons rapports de voisinage, mais aussi constituent une seule famille ».

Pour les adeptes de l’Association des Oulémas, cette déclaration résume, à elle seule, « l’engagement » fabriqué à ces futurs terroristes algériens lors de la lutte contre le colonialisme. Plus loin, à une question sur l’instruction de l’école laïque française, El Okbi répondra que : »L’instruction, en quelque langue qu’elle soit donnée est le seul facteur d’un relèvement des peuples. Que le musulman algérien reçoive, d’abord, l’instruction française, qui lui est indispensable, je le proclame. Et que cette instruction laïque soit complétée par l’instruction religieuse reçue en dehors des écoles et soumise au contrôle de l’autorité française. J’ai de la sympathie et de la considération pour l’homme instruit », a-t-il répondu. Mais en revanche, les adeptes de ces cheikhs, après l’indépendance acquise chèrement par d’autres courants politiques, ont dévié l’école de sa mission première, l’instruction.

A propos du décret Crémieux, Taieb El Okbi répond que : « Soyez rassuré monsieur Randau, que si un décret Crémieux intervenait en Algérie, pour les musulmans, il serait accueilli avec joie par beaucoup d’intellectuels. Ceux-ci, bien sincèrement, ne voient pas d’autre solution au problème musulmans algérien ». Plus loin, et après avoir insisté auprès du journaliste « de prendre note de la déclaration suivante », Taieb El Okbi ajouta que « Nous considérons la France comme la nation européenne qui a été toujours à la tête de la civilisation. Nous sommes fiers d’être ses enfants. Elle est pour nous la PATRIE », a-t-il clôturé sa réponse.

Les tenants de l’arabo-islamisme en Algérie diront à ce propos que le Cheikh a changé de position depuis le 08 mai 1945, mais pour ces « intellectuels », pourquoi attendre un massacre pour comprendre la réalité du colonisateur ? Ensuite, pourquoi n’ont-ils pas rejoint le front des militants anticolonialistes des années 40, comme Krim Belkacem ? Pourquoi les Oulémas n’ont pas rejoint le FLN qu’en 1956, avec l’apport de Abane ? Taieb El-Okbi, vieilli, malade et grabataire fit au cours de la lutte armée une seule apparition publique en janvier 1956 au Cercle du progrès sur insistance d'Albert Camus (conférence sur une trêve civile en Algérie). Il décéda en mai 1960.

aai
SIWEL 14 1440 MAI 13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu