Alma N-Syla, ex Michelet : Des policiers imposent leur loi aux voisinages

11/08/2013 - 16:52

ALMA N-SYLA- mICHELET (SIWEL) — Les voisins d'une bâtisse faisant office d'un dortoir pour les policiers de la ville de Michelet, ne cessent de crier leur ras-le-bol devant la persistance du comportement des policiers qui imposent leur loi aux voisins. Insultes, coups de feu, vulgarité.., sont le lot quotidien de ces citoyens.


Le lieu où se situe la batisse aqui abrite le dortoir des policiers et le voisinage. PH/Siwel
Le lieu où se situe la batisse aqui abrite le dortoir des policiers et le voisinage. PH/Siwel
Une altercation a éclaté, hier soir, entre des policiers en état d’ivresse vers minuit dans le célibatorium situé au centre ville de Michelet. L’altercation a duré plusieurs minutes. Elle est marquée par des échanges d’obscénités et des coups de feu, et ce en dépit de la présence des familles aux alentours de la bâtisse abritant le célibatoruim. On ignore s’il y a eu des blessés ou non lors de l’altercation.

Ce matin les voisins sont allés voir les policiers, lesquels ont, au lieu de répondre aux interrogations et aux inquiétudes des citoyen, trouvé des prétextes absurdes comme réponses. Ainsi, selon un des voisins, les policiers leur ont fait savoir que « des manœuvres et des exercices d’entrainement ont causé le bruit et le vacarme d’hier ». On se demande alors, depuis quand ce genres d’exercices se font a minuit et de surcroît sans que personne n’avertisse le voisinage ?

Et depuis quand les échanges d’obscénités fait partie des exercices de la police ? Les habitants du centre ville et surtout le voisinage directe de ce célibatorium, confisqué à un émigré, ne sont pas au bout de leur peine, puisque ils informent que « les policiers ne respectent plus rien. Ils mettent de la musique rai à fond, des cris incessants entre eux », et ajoutons à cela, « le fait que quand ils jouent au foot, les ballons se perdent dans les vergers du voisinage et parfois ils traversent eux mêmes les clôtures pour les reprendre ».

« Ceux qui viennent rendre visite à leurs proches sont parfois contrôlés au niveau de la barrière située à l’entrée du quartier », informe-t-on encore. Les familles ne savent plus à quelle autorité se plaindre, car plusieurs fois ils ont réclamé mais aucune suite n’a été donnée à leurs doléances. On se demande alors comment ce genre d’édifice est construit à l’intérieur même des villes et entre des habitations sachant que les policiers sont souvent les cibles des terroristes.

A cet effet, les habitants du voisinage et ceux du centre ville interpellent les autorités compétentes pour trouver une solution rapide à leurs situations, ils interpellent le wali et le procureur de la République, le président de l’APC et le chef de daïra pour déplacer ce célibatairium loin des habitations. Une pétition vient d’être lancée pour appuyer leur action et lui donner une suite favorable.

aai
SIWEL 11 1652 AOÜT 13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu