Ali Amrane et Tako évacuent deux militants pourchassés par la police pour détention du drapeau kabyle

14/11/2016 - 13:55

TIZI WEZZU (SIWEL) — Les faits remontent au 11 novembre dernier. Un gala a été organisé par l'association Rotaract club Tizi-Ouzou dans l'enceinte de la Maison de la Culture Mouloud Mammeri. Trois militants souverainistes étaient alors parmi le public. Aussitôt qu'ils ont brandi un drapeau kabyle et un drapeau amazigh, un organisateur est allé les voir pour leur demander de lui donner les drapeaux après leur avoir expliqué que la police les attendait à la sortie.


L'organisateur a expliqué également que la police lui avait demandé de prendre en photo les trois militants.

Voyant que Karim, Nani et Riyad continuaient de brandir leur drapeau kabyle, les organisateurs, dont le président de l'association Rotaract club Tizi-Ouzou, ont emmené l'un des trois militants dans les coulisses pour essayer de lui arracher les drapeaux. Le militant a résisté et a demandé à quitter les lieux.

En avançant vers la sortie de l'établissement, les militants ont vu qu'effectivement des policiers les attendaient. Ils ont alors fait demi-tour, suivis de loin par les policiers en civil, et sont allés prendre une autre sortie. Le portail était fermé. Là les trois militants sont rentrés dans la salle du gala pour s'y réfugier.

À la fin du spectacle, ils sont allés voir les chanteurs Ali Amrane et Tako et leur ont expliqué la situation. Les trois militants ont été évacués par les chanteurs en les faisant monter dans leur voiture. « Vous aurez dû me donner le drapeau kabyle, je l'aurais brandi sur scène » leur a alors dit Ali Amrane.

nbb
SIWEL 141416 NOV 16



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche