« Algérie patriotique » et son « Algérie chimérique » face à la Kabylie authentique

07/08/2015 - 09:48

ALGERIE (SIWEL) - « Algérie patriotique » et son « Algérie chimérique » doivent savoir qu’aucun mensonge ni répression ne pourront arrêter la marche de l’histoire. Quand on veut abattre son chien on l’accuse de rage. Quand on veut abattre un combattant de la liberté, on parle de main étrangère. Cette vieille recette est révolue et elle ne peut leurrer que ses propres auteurs. « Algérie patriotique » aboie, la Kabylie libre avance. Rien ne peut altérer la détermination du peuple kabyle à aller jusqu’au bout sur la voie de sa libération.


Le journal électronique du régime algérien « Algérie patriotique » s’est de nouveau acharné sur la Kabylie et les Amazighs en s’attaquant au CMA et au MAK.



Ce « journal » qui appartient à la progéniture des généraux du DRS tente de réaliser une bonne opération publicitaire en diabolisant le MAK et le CMA. C’est l’unique façon pour ces ennemis de la liberté et de la vérité d’attirer le lectorat.


Comme à l’accoutumée, l’Algérie qui est une création coloniale, à sa tête un régime à la solde des puissances occidentales, lâche sa meute médiatique pour accuser les militants de la dignité et de la liberté d’intelligence avec le Maroc.

Sans trop analyser, une information diffusée par « Algérie patriotique », un « journal » qu’on peut qualifier de tout sauf de patriotique, est de fait un mensonge qui ne peut duper personne.


Ce qui est reproché au MAK c’est le fait qu’il ne reconnaît pas l’Algérie qui est une chimère historique ; et son combat pour la libération de la Kabylie. Un autre motif d’acharnement contre le mouvement kabyliste réside dans son soutien aux mozabites que le néocolonialisme algérien veut éradiquer. Et enfin, les différents clans qui s’affrontent au sommet de l’Etat algérien autour de la manne pétrolière sont incapables de pardonner au MAK sa position politique qui place la Kabylie au dessus et à l’extérieur de l’Algérie et de ses alternances claniques. D’ailleurs, certaines voix se disant autonomistes, veulent entraîner le MAK à s’impliquer dans la lutte des clans qui partagent le même fond idéologique : l’arabo-islamisme donc l’anti-kabylisme. Le mouvement souverainiste kabyle reste fidèle à sa ligne de conduite qui consiste à libérer la Kabylie du joug arabo-islmique incarné justement par les Toufik et les Bouteflika.
L’activité diplomatique du gouvernement provisoire kabyle, l’Anavad , est pour beaucoup dans cette campagne de diffamation. En dénigrant l’Anavad et le MAK, les agents algériens qui agissent sous couverture de journalistes pensent pouvoir redorer le blason de l’Algérie entaché par les multiples violations des conventions et des traités i ternationaux que l’Etat algérien a ratifiés ; d’ailleurs plusieurs ONG ainsi que le gouvernement américain accablent dans leurs rapports Bouteflika et ses parrains militaires concernant la question des droits de l’homme.
Quant au CMA, il est incriminé par « Algérie patriotique » pour avoir, sous la force des arguments de la délégation kabyle, enterré symboliquement l’Algérie pour lui substituer les entités politiques historiques authentiques à savoir : La Kabylie, le pays Chaoui et le Mzab.

La tenue du 7ème congrès mondial amazigh au Maroc, est un fait suffisant pour ce pseudo journal afin d’accuser cette ONG amazighe d’être à la solde de Mohamed VI. On omet de rappeler que l’Algérie a déjà interdit l’organisation de ce grand événement en Kabylie, pire encore, les animateurs du CMA ont toujours été empêchés, voire même interpellés, par les autorités coloniales algériennes pour avoir tenu une conférence de presse.

Pour éviter tout amalgame, le MAK ne reconnait pas l’Union du Maghreb Arabe (UMA) ni les états qui la composent. Il milite pour le droit à l’autodétermination des peuples Amazighs qui n’ont pas d’autre choix que de s’émanciper de l’Algérie, le Maroc, la Mauritanie et la Libye, qui incarnent l’impérialisme arabe en Afrique du Nord.



« Algérie patriotique » et son « Algérie chimérique » doivent savoir qu’aucun mensonge ni répression ne pourront arrêter la marche de l’histoire. Quand on veut abattre son chien on l’accuse de rage. Quand on veut abattre un combattant de la liberté, on parle de main étrangère. Cette vieille recette est révolue et elle ne peut leurrer que ses propres auteurs. « Algérie patriotique » aboie, la Kabylie libre avance. Rien ne peut altérer la détermination du peuple kabyle à aller jusqu’au bout sur la voie de sa libération.

Azwaw Aqvayli



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu