Algérie : les forces gouvernementales enrôlent de force des jeunes kabyles dans les rangs de l'armée

02/01/2013 - 12:58

TIMIZAR LEGHVAR (SIWEL) — La gendarmerie algérienne vient d'arrêter plus d'une dizaine de jeunes kabyles à la gare de Timizar Leghvar pour les enrôler de force dans les rangs de l'armée algérienne.


Les jeunes kabyles refusent d'être de la chair à canon d'un régime criminel. PH/DR
Les jeunes kabyles refusent d'être de la chair à canon d'un régime criminel. PH/DR
Selon les informations recueillies par Siwel auprès de proches des victimes de cette rafle des forces gouvernementales algériennes, 14 jeunes sont enlevés ce matin et sont conduits directement dans les casernes, et dont la plupart, n'ont reçu aucun ordre de mission et d'avertissement de la part des autorités militaires algériennes.

La crise qui secoue le Sahel, et notamment l'intervention militaire au Mali, et dont l'Algérie est un élément clé dans l'affaire avec son groupe terroriste Ansar Dine, compte "sécuriser" ses frontières sud en enrôlant de force des jeunes désœuvrés, notamment kabyles.

Les familles de ces jeunes se disent non concernées par ce conflit qui ne profite qu'à briser l'élan libérateur du peuple amazigh de l'Azawad, dont la Kabylie apporte son soutien indéfectible.

Ces familles kabyles se rappellent aussi l'épisode de la guerre arabo-isrëlienne des années 70, où des centaines de kabyles ont péri au moyen-orient dans un conflit qui leur est étranger.

Le MAK et l'Anavad ont déjà dénoncé l'enrôlement de force des jeunes kabyles dans les rangs de l'armée algérienne, qui vient juste d'assassiner deux jeunes à Vgayet. Pour ces deux organisations kabyles, le pouvoir algérien veut impliquer la Kabylie dans des conflits meurtriers en sacrifiant ses enfants.

aai/wbw
SIWEL 021340 JAN13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu