Algérie : des chefs d’AQMI et du MUJAO se seraient réfugiés auprès des camps sahraouis à Tindouf

16/01/2013 - 23:15

TINDOUF (SIWEL) — Selon le site français d’informations "Courrier Stratégie" citant des sources sécuritaires algériennes, une quinzaine de combattants d’AQMI auraient rejoint la zone de Tindouf dans le sud ouest algérien. On compterait Hamada Ould Khaïrou, un des haut responsable du MUJAO qui se serait allié à Omar Belmokhtar, l’un des chefs d’AQMI, devenu chef de la katiba des Moulathamine à l'origine de l'attaque de la base de vie exploitée par Sonatrach-BP-Statoil qui s'est déroulée aujourd’hui à In Amenas. Les islamo-terroristes qui circulaient librement dans l'Azawad depuis une dizaine d'années auraient-ils l'intention de se retrancher en Algérie et bénéficier d'un temps mort en profitant de la loi accordant impunité et compensation financière aux "repentis" algériens ?


Hamada Ould Khaïrou, créateur et chef du MUJAO. (PH/DR)
Hamada Ould Khaïrou, créateur et chef du MUJAO. (PH/DR)
Les autorités algériennes auraient été informées par les services de renseignements français que de hauts responsables de l'AQMI et du MUJAO avaient rejoint les camps des réfugiés sahraouis de Tindouf. De leur côté, les autorités algériennes aurait fait état d’une probable tentative des terroristes du MUJAO et de l'AQMI de se réfugier sur le sol algérien pour fuir les bombardements aériens français lancés depuis vendredi dernier.

En effet, le site français d’informations "courrier Stratégie", citant des "sources sécuritaires algériennes", a fait état hier soir de ces révélations. Parmi la quinzaine de combattants d’AQMI qui auraient rejoint Tindouf, on compterait Hamada Ould Khaïrou, un des haut responsable du MUJAO qui se serait allié à Omar Belmokhtar, l’un des chefs d’AQMI, devenu chef de la katiba des Moulathamine à l'origine de l'attaque du site pétrolier Sonatrach-BP-Statoil qui s'est déroulée aujourd’hui à In Amenas. Les islamo-terroristes qui circulaient librement dans l'Azawad depuis une dizaine d'années auraient-ils l'intention de se retrancher en Algérie et bénéficier d'un temps mort en profitant de la loi accordant impunité et compensation financière aux "repentis" algériens ?

D'autre part, à en croire la même source, “Hamada Ould Khaïrou serait marié à une jeune femme d’origine sahraouie, d’où le choix de rejoindre les abords de Tindouf”. L’Algérie aurait accéléré le processus de fermeture de ses frontières après avoir été informée par les services spéciaux français, la DGSE, qu’une colonne de pick-ups d’AQMI, dans laquelle se trouvait Hamada Ould Khaïrou se dirigeait à grande vitesse vers Tindouf,.

Ce n’est pas la première fois que des informations font état de la présence terroriste dans les camps des quelques 200.000 réfugiés sahraouis de Tindouf, notamment au lendemain de l’enlèvement de ressortissants occidentaux dans la ville de Tindouf et suite à l’implication de Omar Ould Si Ahmed Hama, dit Omar “le Sahraoui”, dans le kidnapping de deux humanitaires espagnols .

Les autorités algériennes ont toujours mis ces “accusations” sur le compte des “manœuvres marocaines” pour “dépeindre” les militants sahraouis comme des terroristes islamistes tout en pratiquant à l'égard des terroristes algériens une politique de clémence en leur accordant impunité et compensations financières à travers notamment la loi sur la "concorde civile".

source Algérie1.com
zp,
SIWEL 162315 JAN 13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu