Algérie : des centaines d'étudiants kabyles subissent l’assaut des islamistes à Jijel et Sétif

20/10/2011 - 02:30

VGAYET-Béjaia (SIWEL) — Des centaines de bacheliers kabyles mutés vers d’autres universités notamment à Jijel et Sétif situées à l’est et au sud-est de la Kabylie, subissent depuis des jours des assauts violents de la part de groupes d’étudiants islamistes et de délinquants.


Université de Jijel (Photo : Sarah R)
Université de Jijel (Photo : Sarah R)
Des étudiants ont contacté Siwel pour faire part de l'extrême gravité de la situation qui a dégénéré en affrontements depuis mardi.

« Jijel est victime d'un terrorisme immense ! Ils se laissent pousser la barbe et portent le Hijab par peur des islamistes. Et comme nous Kabyles sommes différents et que Jijel a une sorte de guerre de gangs (quartiers), ils ont surement été payés par l'Etat afin de nous attaquer », a indiqué un étudiant d'origine d'Akbou.

Selon lui, « l'Etat veut déclencher une guerre inter-wilayas ». « Comme ils sont des professionnels de la propagande, ils diront dans les journaux que les Kabyles sont les premiers à embraser la ville. »

La situation reste extrêmement tendue dans la ville de Jijel où les étudiants kabyles ont improvisé une marche sous les cris de « Imazighen ».

Un cadre d’un parti politique d’opposition a révélé à Siwel que près de 1500 étudiants kabyles ayant été transférés à l'université Mohamed Seddik Ben Yahia de Jijel subissent depuis la rentrée universitaire des actes d’intimidations et des agressions.

« Ces nouveaux étudiants sont harcelés par les militants de l’UGEL (Union générale des étudiants libres, proche du Hamas). Ils se sont introduits dans une citée où réside un nombre important d’étudiantes kabyles et ont commis des actes obscènes. Ce qui a provoqué une extrême tension poussant les étudiants kabyles à intervenir », a-t-il dit.

A Sétif, de violents affrontements et des actes de saccages ont eu lieu entre des étudiants originaires de Vgayet (Béjaïa) en grève depuis mercredi et des opposants à ce mouvement à la faculté des sciences économiques et commerciales, implantée au niveau du deuxième pôle de l’université Ferhat Abbas de Sétif (UFAS).

Les grévistes veulent retourner à Béjaïa où leur filière est dispensée en langue française et où les places pédagogiques sont disponibles selon eux. A Béjaïa, un appel à la solidarité de tous les étudiants a été lancé et une grève illimitée de protestation sera observée à compter d'aujourd'hui, indique-t-on.

Fin juin dernier, les mêmes scènes de violences s'étaient déroulées à Oran à l’ouest du pays où des étudiants kabyles avaient fait l'objet d'agressions à l’arme blanche par des étudiants oranais et des délinquants.


uz
SIWEL 202020 OCT 11





Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche