Algérie / Maroc: Ramtane Lamamra et sa diplomatie du « mégaphone »…

10/11/2015 - 15:45

ALGER (SIWEL) — Monsieur Lamamra affirme que son gouvernement ne pratique pas « la diplomatie du mégaphone » et qu’il fait « des choses qui ne sont pas toujours livrées dans le domaine public »…

En effet l’instrumentalisation du terrorisme à des fins d’hégémonie régionale et l’écrasement des peuples autochtones par la terreur islamiste est bien une politique algérienne tout en criant sur tous les toits que « l’Algérie combat le terrorisme islamiste » alors que dans les faits, il favorise les islamistes, il amnistie les terroristes qu’il requalifie de « repentis » et fait même de leurs émirs des « personnalités politiques nationales » consultées par la présidence de la république en vue de la révision constitutionnelle…C’est dire si l’Algérie prépare la paix et la stabilité !

Vivement l’indépendance de la Kabylie


Visiblement, M. Lamamra semble être aussi convaincu que convainquant du bien fondé de ses répliques (PH/DR)
Visiblement, M. Lamamra semble être aussi convaincu que convainquant du bien fondé de ses répliques (PH/DR)
Ramtane Lamamra, un autre haut fonctionnaire Algérien « d’origine kabyle » est revenu sur le discours du Roi du Maroc au Sahara pour les 40 ans de la marche verte, qualifiant le discours de Mohamed VI de « propos inappropriés » pour cause de franche mise en évidence de la responsabilité directe de l’Algérie dans le conflit opposant le Maroc au Polisario.

Ramtane Lamamra a en outre qualifié le discours de Mohamed VI de « propos qui résonnent comme un pari sur le pire »…L'Algérie, par le biais de ce ministre des affaires étrangères menace ouvertement le Maroc. Ce n'est là bien sûr que de la gesticulation. Peut-il y avoir pire que ce que nous en connaissons depuis 1964 ? A moins que l’Algérie ne déclare une guerre ouverte et frontale au Royaume du Maroc pour arriver à ses fins et implanter de force une « République Arabe » en Afrique du Nord Amazighe.

Sans rougir, Monsieur Lamamra affirme : « si on a bien compris, il y aura davantage de désunion, de déchirements fratricides et de combats d'arrière-garde comme nous l'avons vu durant les quarante années qui viennent de s'écouler, alors même que le monde va de l'avant et exprime, de plus en plus, son attachement à des valeurs refuges et des principes universellement soutenus comme celui de l'autodétermination des peuples ». Mais pourquoi donc, si l'Algérie tient tant à ce droit à l'auto-détermination, le refuse-t-elle au peuple kabyle ?... Par ailleurs, on se demande bien quelles sont ces fameuses « valeurs refuges » auxquelles fait allusion le ministre algérien, lui qui fait partie d’un pouvoir composé d’apparatchiks caractérisés par la corruption, le crime et l’instrumentalisation du terrorisme islamiste.

D’autre part, la diplomatie algérienne a prouvé que sa conception du droit à l’autodétermination était tributaire de l’identité de ceux qui réclament ce droit. C'est bon pour le Polisario mais c'est inadmissible et néfaste pour le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie et son gouvernement provisoire (l'Anavad). Il en est ainsi aussi, pour le cas des Touaregs de l’Azawad qui n’ont jamais accepté d’être rattachés par la France au Mali. Ils n’ont pas, selon la conception algérienne, droit à l’autodétermination parce qu’ils sont touages et donc amazighs. En revanche, les sahraouis du Polisario ont droit à l’autodétermination du moment qu’ils revendiquent une République Arabe. Le racisme anti AMAZIGH est flagrant. Et le représentant algérien ose encore parler de valeurs universelles !....

M Lamamra pousse le culot jusqu’à affirmer que l’Algérie « se veut, résolument, un exportateur net de paix, de sécurité et de stabilité dans son voisinage… ». alors qu’il est désormais de notoriété publique que le terrorisme islamiste en Afrique du Nord et au Sahel relève des services algériens dit de sécurité… l’AQMI n’est rien d’autre qu’une émanation des services algériens après le GIA, le GSPC, l’AIS etc…sans oublier le fameux groupe terroriste Ansar Dine, « exporté » par Alger dans l’Azawad pour saboter le MNLA ( Mouvement national de libération de l’Azawad), ce qu’il a par ailleurs très bien réussi. Si le pouvoir Algérien était exportateur de paix le voisin tunisien ne s'en méfierait pas ces jours-ci autant qu'il le fait.

Monsieur Lamara affirme également que son gouvernement ne pratique pas « la diplomatie du mégaphone » et qu’il fait « des choses qui ne sont pas toujours livrées dans le domaine public »…En effet l’instrumentalisation du terrorisme à des fins d’hégémonie régionale et l’écrasement des peuples autochtones par l'armée qu'il charge de pratiquer la terreur islamiste est bien une politique algérienne tout en criant sur tous les toits que « l’Algérie combat le terrorisme islamiste » . Dans les faits, il favorise les islamistes, il amnistie les terroristes qu’il requalifie de « repentis » et fait même de leurs émirs des « personnalités politiques nationales » consultées par la présidence de la république en vue de la révision constitutionnelle…C’est dire si l’Algérie prépare la paix et la stabilité !

Vivement l’indépendance de la Kabylie

zp,
SIWEL 101545 NOV 15




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu