Algérie / Louisa Hanoune aurait fait pression sur Gaïd Salah contre le kabyle de service Ali Haddad

13/04/2015 - 18:50

ALGER (SIWEL) — L’axe Hanoune-Gaïd Salah se confirme. Après les audiences que le vice-ministre algérien de la Défense accorde à la patronne du PT, l’accointance entre ces deux responsables algériens va au-delà de l’entente politique, tous les deux soutiennent Bouteflika, mais pour atteindre la logique de clan. Ainsi, on apprend que sous l’impulsion de Louisa Hanoune, Gaïd Salah aurait piqué une colère noire contre l'homme d'affaire Ali Haddad. Un kabyle, même quand il a vendu son âme au diable, il est rejeté.


Hanoune veut tirer son épingle de la guerre des clans et préserver ses intérêts. PH/DR
Hanoune veut tirer son épingle de la guerre des clans et préserver ses intérêts. PH/DR
« Qui est-il pour qu’il se prenne pour un chef », aurait-il dit à son entourage, jurant qu’il va tout faire pour le faire tomber. "il est qui pour qu'il convoquer les ministres? ", a encore déclaré le vice-ministre algérien de la Défense, donnant instruction à "lui faire la peau" à ce kabyle de service qui est traité comme un moins que riens par ses congénères de la même espèce.

Ali Haddad, l'affairiste algérien, proche de Saïd Bouteflika, et du Bachagha Ould Ali El Hadi, est-il en disgrâce ? toutes ces informations que notre source a confirmé plaident pour cela, mais depuis que la milliardaire trotskiste algérienne ,Louisa Hanoune n'est plus en contact avec Bouteflika, son frère l'empêchant d'accéder au chef de l'Etat algérien, elle l'a contourné pour passer par le militaire ,Gaïd Salah, qui la recevait et dont les rencontres étaient déjà médiatisées.

La guerre que mène Louisa Hanoune contre le kabyle de service Ali Haddad, chef du Forum des chefs d'entreprises algériennes depuis un moment n’est pas vraiment le signe, mais elle explique que la guerre des clans est d’ores et déjà commencée. Ces chamailleries ne sont pas d’ordre politique mais « pécuniaire ».

Louisa Hanoune, « la milliardaire rouge », défend des affaires qu’elle possède surtout à l’est de l'Algérie, dont le frère est importateur de bois et distributeur exclusif de boissons "non-alcoolisées", pour rester conforme à ses alliances avec les islamistes. Reste à savoir qu’elle est la position du premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal dans cette affaire qui risque de perdurer ?

En tout cas, un kabyle, même s'il a vendu son âme au diable, il est rejeté par ceux à qui il sert de cheval-de-Troie en Kabylie ou en guise de Guignol comme Sellal, ou de Bachagha comme comme Ould Ali El Hadi ou autre encore...

aai/zp
SIWEL 131851 AVR 15



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu