Algérie : Bouetflika ré-hospitalisé de nouveau au Val-De-Grâce

14/01/2014 - 17:30

ALGER (SIWEL) — Le chef de l’Etat algérien, Abdelaziz Bouteflika se trouve depuis, hier, à l'hôpital Val-de-Grâce en France « dans le cadre d'une visite médicale routinière de contrôle », indique mardi un communiqué de la présidence algérienne qui affirme que « son état général s'améliore sûrement et de façon progressive ».


Bouteflika devait convoquer le corps électoral au plus tard le 17 janvier. Son retour est prévu, selon l'APS, pour la même journée.

Bouteflika s'accroche au pouvoir malgré son état de santé. PH/DR
Bouteflika s'accroche au pouvoir malgré son état de santé. PH/DR
Cette information a été donnée, aujourd’hui, en fin d’après-midi par l'agence APS, alors que le patient Bouteflika a été transféré hier.

Cette nouvelle de la ré-hospitalisation de Bouteflika intervient à un moment où il devait convoquer le corps électoral algérien. Les élections présidentielles algériennes devaient se tenir le mois d’avril prochain.

« Pour parachever son bilan de santé, initié à Alger, et dans le cadre d'une visite médicale routinière de contrôle, arrêtée et programmée depuis le mois de juin 2013, le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, séjourne à l'hôpital Val-de-Grâce, depuis lundi 13 janvier 2014 et ce, jusqu'au vendredi 17 janvier 2014 », rapporte l’agence officielle, citant un communiqué de la présidence algérienne.

« Aucune procédure d'urgence n'a dicté ce déplacement prévu et arrêté depuis son séjour à l'institution nationale (française) des Invalides à Paris », ajoute la même source qui souligne que « l'état général du président de la République s'améliore sûrement et de façon progressive ».

Dans une récente dépêche, l'APS avait souligné que « le président de la République procédera, sauf cas de force majeure, à la convocation du corps électoral pour l'élection présidentielle de 2014 entre le 16 et le 17 janvier en cours, conformément aux délais impartis par le Code électoral ».

A quoi est lié ce cas de force majeur? S'agit-il de cette ré-hospitalisation où d'une nouvelle tentative de manipuler l'opinion nationale ? Tout porte à croire que le consensus n'est pas encore trouvé au sommet de l'Etat et que la crise institutionnelle et l'impasse sont d'ores et déjà au menu des décideurs.

dm
SIWEL 14 1730 JAN 14




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu