Alger : la marche des étudiants réprimée par la police

12/04/2011 - 16:50

ALGER (SIWEL) — Plusieurs milliers d’étudiants venus des quatre coins du pays, notamment de Kabylie, ont marché mardi matin à Alger, bravant ainsi l’interdit imposé depuis dix années par le pouvoir algérien.


Plus de 100.000 étudiants, selon les organisateurs, ont répondu à l’appel de la Coordination nationale autonome des étudiants, CNAE, à une marche aujourd’hui à Alger.

La marche devait démarrer de la place de la Grande poste au centre d’Alger vers le Palais du gouvernement, à quelques encablures de la Grande-poste. Devant l’intransigeance des forces de l'ordre, présentes en force, les étudiants avaient changé l’itinéraire pour prendre la route menant vers la présidence de la République.

Plusieurs cordons sécuritaires ont tenté d’arrêter la procession humaine, mais en vain. Les étudiants étaient déterminés à rejoindre la présidence.

C’est sous les cris de « pouvoir assassin », « ulac smah ulac », « one two three où va l’Algérie », « système dégage », « pour une université ouverte sur le monde » que les étudiants ont marché ce matin à Alger.

Cette marche des étudiants qui se veut « historique » a réuni de nombreux étudiants venus principalement de Tizi-Ouzou, de Vgayet, de Tubiret et de Sétif.

Devant la présidence de la République, les forces antiémeute ont chargé les étudiants en causant des blessures à quelques 300 marcheurs. Plusieurs arrestations ont été signalées par les organisateurs.

aai
SIWEL 121651 AVR11





Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu