Ahmed Betatache, premier secrétaire du FFS "Notre parti est contre la chute du régime"

02/07/2013 - 14:27

ALGER (SIWEL) — Invité par la télévision Ennahar TV, Ahmed Betatache a exprimé, enfin, les véritables positions du Front des forces socialistes. Pour lui, le parti ne milite pas pour la chute du régime. "Le FFS est contre la chute du régime", a déclaré le premier secrétaire de ce qu'on appelait le plus vieux parti de l'opposition.


Ahmed Betatache, 1er secrétaire du FFS. PH/DR
Ahmed Betatache, 1er secrétaire du FFS. PH/DR
Le FFS n'est plus dans l'opposition. Depuis sa participation aux festins électoraux du régime, le FFS ne rate aucune occasion pour expliquer à ses militants que désormais l'opposition fait partie du passé. La confirmation vient du premier secrétaire du parti, Ahmed Betatache sur le plateau d'Ennahar TV, une télévision antikabyle. Ainsi, il a clairement souligné que le FFS ne milite plus pour la chute du régime et qu'il est contre le changement de ce régime. Le FFS prône, par contre, un changement du système mais ...avec les mêmes barrons du régime raciste et dictatorial algérien, en qui le parti de Hocine Ait Ahmed trouve des vertus après avoir fait de la chute du régime, qu'il appelait la junte militaire, son crédo durant plusieurs années.

La sortie du chef du FFS n'étonne plus. Après s'être fait l'avocat des terroristes islamistes du FIS-dissous, il vient chanter ses accointances avec un régime d'El Moukhabarates. Depuis l'annonce de la participation du FFS aux élections législatives, la position du parti a totalement changé de cap. Les négociations qui ont précédé sa participation, avec notamment, la vente d'un bien incessible appartenant à Ait Ahmed en plein cœur d'Alger, au profit d'un homme d'affaire activant dans la torréfaction du café, et le silence des autorités quant à cette vente, du moins illicite selon la loi, explique le deal entre le vieux parti, dit d'opposition, et le pouvoir de Bouteflika.

Dés lors, Ait Ahmed et ses affidés au sein du FFS ont changé de philosophie. Ni dénonciation de corruption, ni l'omnipotence du DRS et encore moins les manœuvres du régime en Kabylie ne trouve grâce aux yeux du FFS qui se fait depuis la béquille du régime.

Ahmed Betatache le confirme et précise que désormais le FFS ne fait plus partie de l'oppsoition démocratique, mais de la vitrine du régime et son soutien.

dm
SIWEL 02 14727 JUIL13




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche