ALGER/ Le président malien affirme ne « pas s'être trompé» en choisissant l’Algérie …et pour cause !

25/03/2015 - 14:29

ALGER (SIWEL) — En visite auprès de ses alliés algériens pour discuter de l’accord paraphé par l’Algérie, la France, le Mali et les milices gouvernementales maliennes, le président Ibrahim Boubacar Keita (IBK) a déclaré à la télévision algérienne qu’il ne « s’était pas trompé en demandant à l’Algérie de prendre la tête de la médiation ».

IBK s’est également dit « ému » d’avoir rencontré « un homme d’Etat hors pair », ce qui est, soit-dit en passant, tout à fait dans la logique des despotes à la tête des Etats indépendants de la Françafrique, tant Bouteflika a réussi l’exploit inédit d’absoudre le terrorisme islamiste en amnistiant des milliers d’égorgeurs de l’AIS ( armée islamique du salut) et du GIA( groupe islamique du salut). Ces derniers, désormais qualifiés de « repentis », sont élevés au-dessus des victimes et leur « tranquillité » est garantie par l’Etat lui-même. Il n’est donc pas étonnant qu’IBK qualifie la supercherie des accords concoctés par Alger et le Quai d’Orsay de « modèle de réconciliation et de paix »…« équilibré » !

Mieux encore, IBK a confié avoir « eu le bonheur d’évoquer, avec le président Bouteflika, le président Modibo Keita et son équipe »… Or, pour mémoire, le sanguinaire Modibo Keita a été le premier président de la république artificielle du Mali. Il avait eu recourt à une répression sauvage, aveugle et totalement disproportionnée face à la première rébellion touarègue de 1963. Et ceux qui avaient eu le malheur de fuir en Algérie s’étaient vus livrés, pieds et poings liés, au gouvernement malien qui en a fait ce qu’il a voulu ! … Mais si IBK se souvient « avec bonheur » de cette collaboration algérienne avec Modibo Keita, les Touaregs eux aussi s’en souviennent et même bien mieux que lui car pour eux, ces souvenirs sont à jamais gravés dans leur chair et dans leur mémoire.


IBK et Bouteflika à Alger : le pantin du Quai d’Orsay et la momie du Val de Grace (PH/DR)
IBK et Bouteflika à Alger : le pantin du Quai d’Orsay et la momie du Val de Grace (PH/DR)

Tout comme IBK ne « s’est pas trompé en demandant à l’Algérie de prendre la tête de la médiation », IBK ne s’est pas non plus trompé en effectuant une visite de 3 jours à Alger en cette période cruciale où le simulacre des « négociations de paix » avec les azawadiens est arrivé à son terme car l’Algérie est l’entité politique, militaire et idéologique qui a le plus d’emprise sur le terrain dans l’Azawad.

Rappelons que l’Etat algérien dispose d’une expérience certaine dans la gestion du terrorisme islamiste et, à toute fins utiles, rappelons également que tous les pseudo-accords entre l’Azawad et l’Etat malien ont été concoctés par l’Algérie, et que tous ont été sciemment, plus inefficaces les uns que les autres avec, pour récurrente conséquence, l’éternel déclenchement de nouvelles rebellions.

L’Etat algérien, bon élève (et fidèle alliée) de la Françafrique, est champion dans l’art de la diversion et de la perversion politique. Il a notamment su infiltrer, à travers les réseaux islamiste, les dernières rebellions de l’Azawad et a réussi, notamment, à pervertir un « ancien rebelle », Iyad Ag Ghaly qui est devenu un salafiste acharné prêt à combattre, les armes à la main, le peuple dont il est issu ; ce qu’il n’a d’ailleurs pas hésité à faire : Le groupe terroriste Ansar Dine, auprès de ses compagnons d’AQMI et du Mujao, n’a pas hésité une seconde à combattre militairement le MNLA, tout comme il n’a pas hésité non plus à maltraiter les femmes touarègues et à martyriser l’ensemble de la population civile de l’Azawad.

Rappelons que l’Algérie, au début du déclenchement de la révolution azawadienne a tout fait pour imposer Ansar Dine comme « interlocuteur incontournable dans la résolution de la crise malienne ». Ansar Dine et son chef terroriste, Iyad Ag Ghaly, ont été reçus en grande pompe par l’Etat algérien, sans même s’en cacher. Tandis que dans le même temps, il combattait activement le MNLA, tant sur le terrain militaire ,en en faisant la cible de tous les groupes terroriste, que sur le plan médiatique en affirmant à qui veut l’entendre que le MNLA n’est « pas représentatif »...contrairement à Ansar Dine.

La raison de cet acharnement est très simple, contrairement au MNLA, Ansar Dine est une création de l’Algérie et son chef, Iyad Ag Ghaly, est l’homme de l’Algérie, sa "carte maîtresse" dans l'Azawad. C’est d’ailleurs pour cette raison que ce terroriste qui traîne derrière lui un « mandat d’arrêt international » demeure « intouchable » alors qu’il se promène allègrement, entre l’Algérie et l’Azawad, au « nez et à la barbe » des forces Barkhane (ex Serval) ; des forces déployées dans l’Azawad pour, nous dit-on, « anéantir le terrorisme islamiste »…

L’Algérie est experte en infiltration et en division des mouvements. Mieux que quiconque, elle sait jouer des rivalités et des égos, comme elle sait compromettre et corrompre ceux qu’elle arrive à approcher.

Aussi, gageons que malgré l’opposition farouche des populations de l’Azawad et malgré le refus de signature des prétendus « accords d’Alger », très prochainement, il se trouvera des partisans de la signature de cet accords parmi certains membres de la CMA (Coordination des mouvements de l’Azawad), c’est la raison même d’exister de cette Coordination : multiplier les interlocuteurs, faire rentrer le loup dans la bergerie et diminuer la voix du MNLA.

Les partisans de la signature viendront des rangs du HCUA, du MAA, peut-être aussi de la CPA et peut-être même de certains du MNLA, celui-ci n’ayant certainement pas échappé à l’infiltration algérienne par le biais de quelques éléments jusque-là "insoupçonnables". Mais le brave et courageux peuple azawadien veille au grain et met en garde contre toute "tentations du diable"...et trahison du peuple !

maa,
SIWEL 251429 MARS 15




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu