ALERTE ROUGE : Violente répression à Tuvirett (Bouira)

13/11/2014 - 12:03

TUVIRETT (SIWEL) — Un sit-in de citoyens kabyles, de militants du MAK et du RCD, observé ce matin en faveur des 32 jeunes kabyles traduits devant le Tribunal de Tuvirett (Bouira), vient d'être violemment réprimé par les services de police algériennes en faisant plusieurs blessés et huit (8) arrestations parmi les manifestants dont MM Madjid BACHOUCHE, Sofiane BOUATTA, Slimane BERKANE et Farid DJILI qui sont actuellement entre les mains des services de la police algérienne.



Les forces de répression algériennes ont violemment chargé le rassemblement de protestation avec des moyens disproportionnés, faisant ainsi plusieurs blessés parmi des manifestants qui venaient témoigner pacifiquement leur soutien et leur solidarité avec les 32 jeunes kabyles, arbitrairement traduits en justice, sans aucune preuve formelle.

Par ailleurs, huits personnes ont été interpellées dont Madjid BACHOUCHE, Sofiane BOUATTA, Slimane BERKANE et Farid DJILI et sont actuellement détenus par la police algérienne.

Rappelons que les 32 jeunes kabyles convoqués par l’appareil judiciaire algérien sont accusés d'avoir empêché, à Haizer,le simulacre d’élection présidentielle d'avril dernier qui a permis la reconduction du fantomatique président algérien, Abdelaziz Bouteflika, pour un quatrième mandat.

Pendant que les manifestants se faisaient violemment réprimer à l'extérieur, le procès a eu lieu et une année de prison ferme a été requise par le procureur algérien à l'encontre des 32 jeunes kabyles

Le Mouvement pour l'Autodétermination de la Kabylie et le Réseau du Gouvernement Provisoire Kabyle ont fermement condamné cette énième violation des droits humains en Kabylie et appellent les organisations internationales des droits de l'Homme à réagir pour que cesse toute répression politique en Kabylie.

Concernant l' arrestation des huit manifestants, une délégation composée de Maître Fatiha Rahmouni pour le MAK et de Athmane Mazouz pour RCD, accompagnés par d'autres avocats , s'est rendue au commissariat de police. En attendant l'issue des pourparlers, les autres manifestant attendent à l'extérieur du commissariat.

Concernant les blessés, un délégation du MAK, conduite par son président, Bouaziz Ait-Chebib, s'est rendue au chevet d'un blessé dont l'état a nécessité un transfert à l'hôpital. Non satisfaits de l'avoir envoyé à l'hôpital à cause de la sauvagerie de leur agression, les policiers algériens se sont adonnés à un concours de vulgarité pour insulter copieusement le manifestant kabyle.

Notons enfin que la pression populaire a fini par imposer la libération des huit manifestants arrêtés par la police algérienne

cdb,
SIWEL 131203 NOV 14




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche