SIWEL | Agence kabyle d'information

A la veille de Yannayer, une journaliste du soir d'Algérie traite le Président de l'Anavad de raciste et de traître

11/01/2017 - 15:16

MÉDIAS (SIWEL) — Une journaliste du soir d'Algérie, Malika Boussouf, vient de commettre une chronique pathétique où elle traite le Président de l'Anavad de raciste et de traître. Tout porte à croire qu'un plan machiavélique est mis en place pour salir le Président de l'Anavad et dont la finalité est de procéder à son assassinat.


Si cette chronique est publiée à la veille de Yennayer, ce n'est pas anodin. C'est pour essayer de pousser les militants à la colère et donc à une violence qui justifierait la répression des marches de demain, qui s'annoncent grandioses.

Nous reproduisons ci-dessous le texte de Malika Boussouf afin que le Peuple Kabyle voit comment est traité l'un des leurs par les médias algériens.

Par Malika Boussouf
malikaboussouf@yahoo.fr

Il est des jours comme ça où les interrogations pleuvent sans que l’on puisse y apporter la moindre réponse qui apaise la colère ou renseigne sur les suites à donner aux attentes qui s’expriment, toujours, un peu plus violemment. Et alors que les regards se tournent vers ces villes qui s’embrasent à la moindre étincelle, je reste bloquée sur la haine que manifestent certains à l’égard du pays en craignant que toute colère spectaculaire puisse servir leurs fâcheuses ambitions.

Ce n’est peut-être pas le moment de réfléchir à ce que cela suppose pour un fils d’en arriver à trahir une entité pour laquelle le père a sacrifié sa vie. Je n’arrive personnellement pas à croire qu’il puisse exister des Algériens indignes d’être qualifiés comme tels. Quand on est enfant de martyr, que l’on n’a pas eu la chance de connaître son père froidement exécuté pour ses convictions et son engagement tout juste quelques jours après avoir vu le jour, on ne peut ni accepter qu’un énergumène en mal de reconnaissance complote contre son pays ni que des petits malins placés à des fonctions respectables de l’Etat puissent, impunément, vider les caisses de ce qui revient légitimement aux Algériens. Mais comment ne pas réagir quand des propos tenus à l’égard de l’Algérie deviennent de plus en plus immondes ? Depuis quand la France aurait-elle intérêt à récupérer la Kabylie pour garder son influence sur le nord de l’Afrique ? Certains soutiendront qu’il ne faut pas en parler. Bien sûr que oui et même plus souvent qu’on ne pense à le faire ! Entre ceux qui dépouillent les Algériens et ceux qui appellent à la haine de l’autre, il y a des silences qui en disent long sur les offres de service et les asservissements allègrement assumés. L’avantage avec un Ferhat Mehenni, c’est qu’il dit haut et fort son racisme et sa haine de la différence. En voilà un qui regrette, sans doute, que son père ait pu penser, en combattant, qu’avant d’être kabyle, il était algérien. J’apprends que les Arabes sont majoritaires en Algérie comme j’ignorais que les Kabyles s’étaient élevés contre une guerre de libération menée par les seuls Arabes.

M. B.



LIRE AUSSI :
- Plan algérien machiavélique contre l'indépendatiste kabyle Ferhat Mehenni
- Vœux du Président de l'Anavad pour le nouvel an

La rédaction
SIWEL 111527 JAN 17



Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu