A l'approche du 20 avril, insultes, menaces et intimidations à l'encontre des militants du MAK

03/04/2015 - 17:53

KABYLIE (SIWEL) — Depuis l'annonce du drapeau kabyle, pris de panique, l'Etat algérien a lâché sa meute pour diffamer le mouvement kabyle. Sur les réseaux sociaux, les agents du DRS, se faisant passer pour des nationalistes algériens, sont allés jusqu'à proférer des menaces de mort contre des cadres du MAK. Les militants et cadres du MAK jugent ces menaces et ces attaques comme une preuve de l'incapacité de Bouteflika et ses parrains militaires à faire face à des militants kabyles armés uniquement de leur force de conviction et de la noblesse de leur combat. Mais « Aucune pression ni répression ne peut arrêter la marche d'un peuple vers sa libération », répondent-ils en chœur.


20 avril 2014, Tizi-Ouzou
20 avril 2014, Tizi-Ouzou

Les militants et les structures du MAK préparent activement la marche de la nation kabyle prévue pour le 20 avril à Vgayet, Tuviret et Tizi Ouzou.

Pendant que les intimidations se multiplient contre les militants du mouvement Kabyle, les services algériens ont fait le tour des imprimeries de Kabylie pour leur interdire d'imprimer pour le MAK sous peine de les arrêter et les présenter devant la justice.

A El Kseur, la voiture qui transportait deux membres du conseil régional Vgayet-Setif-Jijel , Mouloud Younsi et Chabour Moussa, respectivement président et Chargé aux relations avec les universités, a été fait l'objet d'une fouille minutieuse, de la part des policiers algériens dans un barrage, à la recherche des affiches appelant à la marche du 20 avril.

Depuis l'annonce du drapeau kabyle, pris de panique, l'Etat algérien a lâché sa meute pour diffamer le mouvement kabyle. Sur les réseaux sociaux, les agents du DRS, se faisant passer pour des nationalistes algériens, sont allés jusqu'à proférer des menaces de mort contre des cadres du MAK. Les militants et cadres du MAK jugent ces menaces et ces attaques comme une preuve de l'incapacité de Bouteflika et ses parrains militaires à faire face à des militants kabyles armés uniquement de leur force de conviction et de la noblesse de leur combat. Mais « Aucune pression ni répression ne peut arrêter la marche d'un peuple vers sa libération », répondent-ils en chœur

Il est clair que l'Etat algérien ne sait rien faire d'autre que de recourir à chaque fois à la diffamation et l'intimidation dans un espoir vain de torpiller la marche du peuple kabyle qui est déterminé à se libérer et à fonder son propre Etat.

cdb,
SIWEL 031753 AVR 15




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu