20 avril 2014 / Déclaration du Comité exécutif du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie

24/04/2014 - 01:21

KABYLIE (SIWEL) — Dans une déclaration rendu publique, le Comité exécutif du MAK avertit : "Si le pouvoir algérien déploie tout son génie démoniaque pour entraîner la Kabylie dans un processus de violence afin de résoudre les conflits liés à la redistribution de la rente pétrolière entre les clans qui le composent, le MAK n’est pas dupe de la manœuvre et restera fidèle à son essence démocratique et résolument pacifique et tient le régime algérien pour seul responsable des conséquences de ses plans diaboliques qui visent à détruire le peuple kabyle." [...] "Le MAK interpelle toutes les consciences kabyles éprises de justice et de liberté à agir dans l’union, la fraternité et dans la sagesse pour déjouer les conspirations machiavéliques du régime algérien et soustraire la Kabylie aux luttes claniques de ce pouvoir qui a démontré depuis 62 à ce jour sa haine féroce envers la Kabylie.". Ci-après l'intégralité de la déclaration du mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie


Au lendemain de la mascarade présidentielle algérienne qui a prolongé le mandat du régime raciste d’Alger à travers la reconduction grotesque de Bouteflika, un attentat, visant des militaires et faisant 11 morts, a été curieusement perpétré le 19 avril en Kabylie, soit la veille de la double commémoration du printemps amazigh et du printemps noir, c'est-à-dire dans un territoire farouchement hostile à l’idéologie arabo-islamique véhiculée par l’Etat algérien et ses terroristes , un pays qui est ,de plus, entièrement quadrillé par une armée algérienne omniprésente dans le moindre recoin de la Kabylie . Voilà de quoi se poser de nombreuses questions.

Le MAK, qui est plus que jamais convaincu que le « terrorisme résiduel » en Kabylie est savamment orchestré par l’Etat algérien à des fins d’hégémonie sur le peuple kabyle, présente ses plus sincères condoléances aux familles des victimes, sacrifiées par le pouvoir algérien à des fins inavouables.

Du point de vue de notre Mouvement, il ne fait aucun doute que cet attentat, décrit par les autorités concernées comme étant « une défaillance du corps militaire », a été prémédité et organisé pour répondre à 3 objectifs :

- Se servir de la Kabylie comme terrain d’affrontement dans la lutte des clans au somment de l’Etat algérien où ils se disputent la meilleure part de la rente pétrolière,

- Justifier le quadrillage militaire de la Kabylie qui gêne l’Etat algérien dans le maintien du statut quo arabo-islamique avec toutes les conséquences morbides qu’on lui connait,

- Ternir l’image de la Kabylie sur le plan international en la présentant comme le fief du terrorisme islamiste, ce qui est un comble en soi, et influer ainsi négativement sur l’internationalisation de sa noble cause. Une tactique qui n’a pas manqué de porter rapidement ses fruits puisqu’une délégation d’Avocats européens, spécialisés dans le droit international et particulièrement dans les questions des droits des peuples à disposer d’eux-mêmes a été annulée à la dernière minute juste après cet attentat.

En Kabylie, Bouteflika et ses parrains militaro-financiers ont inauguré le 4e mandat en provoquant le peuple kabyle dans ce qu’il a de plus cher et de plus sacré: le 20 avril, une date qui symbolise à la fois l’attachement viscéral de la Kabylie à l’identité amazighe et l’hommage aux victimes de 2001, assassinées par l’Etat algérien.

Cependant, malgré la férocité de la répression à Tizi-Ouzou, les arrestations à Vgayet et Tuvirett, la Kabylie a vécu un 20 avril historique dans une unité et une symbiose totale.

Des marches grandioses ont eu lieu à Tuvirett et à Vgayet. Le peuple kabyle, qui est à féliciter pour cette formidable mobilisation, a réitéré son aspiration à prendre son destin en main avec des slogans, des affiches et des banderoles qui ne laissent aucune ambiguïté possible quant à la nature de ses espérances.

A Tizi-Ouzou, le pouvoir infâme d’Alger a recouru à la répression, à la barbarie, à la violence et à la provocation pour interdire et empêcher une manifestation pacifique sous prétexte qu’elle était organisée par un Mouvement non agrée par l’Etat. La haine qui a animé les éléments de ses services répressifs dénote les dessins diaboliques qu’il réserve à la Kabylie. Même une femme enceinte a failli être lynchée si ce n’était l’intervention des militants du MAK qui l’ont secourue, protégée et transférée à l’hôpital, hors de portée d’atteinte des policiers algériens. Plusieurs jeunes kabyles, ont subi un véritable lynchage de la part des brigades de répression comme le montrent de nombreuses photos et vidéos.

Le MAK dénonce ces atteintes gravissimes à la dignité humaine et aux principes élémentaires des droits de l’Homme bafoués et interpelle la communauté internationale sur la violence et le racisme ostentatoire exercés par l’Etat algérien contre les populations kabyles. L’Etat algérien ne peut plus commettre ses crimes à huis clos et les Etats occidentaux, qui ne peuvent pas ignorer la réalité des faits mais qui se font malgré cela les alliés objectifs d’un Etat ouvertement raciste et criminel, seront un jour rattrapé par l’Histoire, exactement comme la France vient d’être rattrapée par le Rwanda pour son rôle honteux dans le génocide entre Tutsi et Hutu, 20 ans après le drame.

Le wali de Tizi-Wezzu, de par ses propos mensongers, a reconnu de fait sa position de « faire-valoir » à un Etat qui se comporte en force d’occupation en Kabylie. La répression violente de la manifestation de Tizi-Wezzu obéit à un agenda politique du régime algérien et ses relais locaux en Kabylie pour livrer en pâture la jeunesse kabyle à des criminels et ce parce que la jeunesse kabyle, instruite des erreurs de ses aînés, refuse désormais de se battre pour des causes qui sont nuisibles à l’avenir, libre, digne et prospère de la Kabylie.

Si le pouvoir algérien déploie tout son génie démoniaque pour entraîner la Kabylie dans un processus de violence afin de résoudre les conflits liés à la redistribution de la rente pétrolière entre les clans qui le composent, le MAK n’est pas dupe de la manœuvre et restera fidèle à son essence démocratique et résolument pacifique et tient le régime algérien pour seul responsable des conséquences de ses plans diaboliques qui visent à détruire le peuple kabyle.

Le MAK interpelle toutes les consciences kabyles éprises de justice et de liberté à agir dans l’union, la fraternité et dans la sagesse pour déjouer les conspirations machiavéliques du régime algérien et soustraire la Kabylie aux luttes claniques de ce pouvoir qui a démontré depuis 62 à ce jour sa haine féroce envers la Kabylie.

Après 50 années de luttes infructueuses, de déceptions, de répression et de de trahisons, désormais, le seul combat qui intéresse et concerne le peuple kabyle est celui par lequel il recouvrera sa souveraineté afin de décider librement de son avenir, de garantir sa liberté, sa sécurité et sa prospérité, conformément à ses valeurs, à sa culture et à sa civilisation.

Le projet d’autodétermination porté pacifiquement par le MAK et le GPK a mis le régime raciste d’Alger dans un état d’inquiétude et de panique, et ce, malgré la puissance de sa force destructrice.

Il y a 13 ans de cela, les 26, 27 et 28 avril 2001 ont été les journées les plus sanglantes qui ont marqué les évènements tragiques du printemps noir. A cet effet, le MAK qui lutte pour la liberté de la Kabylie et sa pérennité en tant que Peuple et Nation, appelle tous les kabyles à manifester le 27 avril, à Tizi Ouzou pour :

- Laver l’affront du 20 avril

- Dénoncer et condamner l’agression féroce des brigades de la répression algérienne

- Affirmer la volonté inébranlable du peuple kabyle à se libérer du joug colonial d’Alger

- Exiger la libération de tous les détenus

- Dénoncer la violence et l’impunité des forces de répression algériennes qui ont fait des centaines de victimes depuis 2001 ;

- Exiger une justice pour les martyrs kabyles

- Exiger le droit à l'autodétermination du peuple kabyle ;

- Se réapproprier nos espaces d’expression ;

- Dénoncer les campagnes d’extermination du peuple frère mozabite et le soutenir dans la lutte qu’il mène pour sa survie.

Itinéraire : université de Hasnaoua – ancienne mairie (Tizi-Ouzou)

Vive la Kabylie libre !

Kabylie, le 23 avril 2014

Bouaziz Ait Chebib, Président


SIWEL 240121 AVR 14




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu