12 000 policiers et gendarmes à Ghardaïa et les Mozabites sont de nouveau agressés par les Châambas comme si de rien n'était

11/04/2014 - 19:08

GHARDAIA (SIWEL) — Les Châambas ont détruit des palmeraies et des champs et se sont même attaqué au bétail des mozabites, ils ont mis le feu aux tracteurs des agriculteurs dans une impunité totale. Les gendarmes qui ont été interpellés par les mozabites ont encore refusé d’intervenir, laissant les mozabites seuls face à la furie des châambas. Plusieurs familles ont dû fuir pour ne pas subir le même sort que leurs biens, et ce, avec la présence de plus de 12 000 membres de services de sécurité dont on ne voit pas l’utilité à Ghardaïa, hormis assurer l’impunité et la liberté d’action pour les châambas et empêcher que les mozabites ne s’organisent pour assurer eux-mêmes leur sécurité.


« Ce qui se passe à Ghardaïa n’est pas un fait divers, mais un ethnocide contre la minorité mozabite en Algérie» dénonçait déja le Dr. Kamel Dine Fekhar en novembre 2013, dès le début de cette guerre qui ne dit pas son nom (PH/DR)
« Ce qui se passe à Ghardaïa n’est pas un fait divers, mais un ethnocide contre la minorité mozabite en Algérie» dénonçait déja le Dr. Kamel Dine Fekhar en novembre 2013, dès le début de cette guerre qui ne dit pas son nom (PH/DR)
En cette période d’ambiance électorale électrique, les arabes de la tribu hilalienne des Châambas secondés par la police algérienne ont repris leurs agressions sur le peuple Mozabite à Ghardaïa. Des bandes de voyous se sont attaqués hier aux biens et aux palmeraies des Mozabites dans la localité de Daïa, au nord de Ghardaïa.

Les Châambas ont eu tout le loisir d’aller agresser les mozabites dans leurs propres champs, avant de tout détruire et brûler, sans qu’il y ait la moindre intervention de la police. Selon des sources locales, un éleveur de bétail du nom de Bouchen Abdelaziz, aurait été été grièvement blessé à coup de pelle sur la tête parles châambas et serait actuellement hospitalisé.

Des centaines d’arabes ont investi les champs et les palmeraies des mozabites sans que la police algérienne ne soit intervenue pour les arrêter dans leur furie dévastatrice. Les Châambas ont détruit les champs, se sont même attaqué au bétail des mozabites et mis le feu aux tracteurs dans une impunité totale. Selon les sources locales, les gendarmes qui ont été interpellés par les mozabites ont refusé d’intervenir laissant les mozabites seuls face à la furie des châambas.

Plusieurs familles ont dû fuir pour ne pas subir le même sort que leurs biens et ce avec la présence de plus de 12 000 membres de services de sécurité dont on ne voit pas l’utilité à Ghardaïa, hormis assurer l’impunité et la liberté d’action pour les Châambas,

mma,
SIWEL 111908 AVR 14




Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu