10e festival « Twiza » de Tanger / Le MNLA clame la célèbre phrase du Roi Massinissa : « l’Afrique aux africains ! »

18/08/2014 - 17:17

TANGER (SIWEL) — Lors du 10è festival Twiza de Tanger, qui s’est tenu à Tanger du 14 au 17 Aout, Mossa Ag Atther, porte-parole du Mouvement national de libération de l’Azawad a apporté sa contribution le second jour du festival, en mettant l’accent sur l’importance de l’identité amazighe dans les enjeux culturels, politiques et économiques en Afrique du Nord et au Sahel. Cet évènement, organisé par des cercles rifains proches du makhzen, n’ont pas empêché le porte-parole du MNLA de rappeler que les amazighs sont des « africains et rien d’autre que des africains », que « L’Afrique n’est ni l’Orient, ni l’Occident et n’a nullement besoin de singer l’un ou l’autre pour avoir le droit d’exister et que « la célèbre phrase du grand roi Massinissa « l’Afrique au africain !» est plus que jamais d’actualité ! »


Mossa Ag Attaher, porte-parole et chargé de communication du MNLA. (PH/DR)
Mossa Ag Attaher, porte-parole et chargé de communication du MNLA. (PH/DR)
Participant au 10è festival Twiza de Tanger en sa qualité de porte-parole et chargé de communication du MNLA, Mossa Ag Attaher a commencé son intervention par un rappel historique sur les peuples amazighs dont L’espace géographique que constitue tout le quart Nord-Ouest de l’Afrique a de tout temps été le territoire». Il a rappelé que «l’immensité et l’emplacement de ces territoires étant au carrefour de toutes les civilisation », les amazighes ont eu à subir tous les grands conquérants de l’Histoire de l’Humanité : romains, vandales, byzantins, arabes, ottomans, français».

Poursuivant sur le volet historique, Mossa Ag Attaher a estimé que les Touaregs avaient eu «l’honneur et le privilège de sauvegarder les Tifinagh» grâce à leur «localisation géographique et à l’absence d’ingérence étrangère», «du moins jusqu’à la conquête française» a-t-il précisé.

Puis entrant dans le vif du sujet, il a abordé «l’importance du référent identitaire, social, politique et culturel amazigh dans la cohésion, la sécurité et la prospérité» de l’Afrique du Nord et du Sahel «qui connaissent, depuis les prétendues indépendances africaines, de graves crises, tant sociales que politiques et sécuritaires». Il a estimé que les territoires historiques des peuples amazighs «sont la cible de forces occultes qui en ont fait leur terrain de prédilection pour répandre et propager le terrorisme, le banditisme et le fanatisme» dont «les premières victimes en sont bien évidemment nos propres populations (les amazighs NDLR)».

Le Porte-parole du MNLA a par ailleurs affirmé que son mouvement avait «l’intime conviction que ces crises multidimensionnelles trouvent leur origine dans la richesse des sous-sols amazighs», estimant qu'il n'y avait «aucun doute que ces facteurs d’insécurité» avaient été «sciemment installées et entretenues» d'où sa profonde conviction que le salut des peuples amazighs «ne résidait pas dans une prétendue « protection occidentale», «surtout quand on connait les enjeux énergétiques de ce même occident qui prétend combattre le terrorisme alors même qu’il favorise les pourvoyeurs de ces fléaux» a-t-il précisé.

Mossa Ag Attaher ne s’est pas gêné pour rappeler que «la politique internationale de l’occident consiste à maintenir au pouvoir des dictatures oligarchiques qui revêtent une apparence démocratique, parce qu’elles arrivent soi-disant par les urnes» et que ces régimes se sont «longtemps maintenus en dépit des horreurs commises sur les populations civiles», ou qu’ils ont évolué «à la faveur des printemps dits «arabes», en des «systèmes religieux fondamentaliste où le terrorisme est exercé sur les populations civiles».

Prenant en exemple la Libye et l’Azawad, le porte-parole du MNLA a estimé que «les groupes idéologiques islamistes sont l’objet de toutes les attentions internationales», qu’ils sont «considérés comme des interlocuteurs», et même comme des «intermédiaires fiables pour la libération des otages capturés par les terroristes», «alors même que l’occident prétend combattre le terrorisme» a-t-il affirmé à l'assistance : «D’où viennent les armements et les financements de l’Aqmi, du Mujao et de Ansar Dine ?» a-t-il ironiquement questionné. «D’où vient le carburant de ces organisations terroristes ? Comment font-ils pour avoir des réservoirs plein d’essence quand le MNLA peine à s’approvisionner en carburant ?».

Le porte-parole du mouvement révolutionnaire azawadien a rappelé que son mouvement «a été dès le départ, et demeure encore maintenant, la cible privilégiée des organisations terroristes au Sahel». Il a en outre estimé que le fait que les attaques terroristes «ciblent quasi exclusivement les unités du MNLA» était «un bien étrange hasard qui indique clairement que ce qui gêne le terrorisme et le banditisme dans le Sahel, ce sont bien les véritables représentants des peuples de ce territoire et non pas les forces internationales de lutte contre le terrorisme, ni encore moins les forces gouvernementales».

Il a affirmé que «si l’Occident» et sa «lutte contre le terrorisme» étaient «crédible», «ils miseraient sur nos peuples (les peuples amazighs : NDLR) qui sont incompatibles avec les idéologies fondamentalistes plutôt que sur les oligarchies africaines et nord-africaines qui instrumentalisent l’islamisme et le terrorisme pour se maintenir au pouvoir».

Mossa Ag ataher a estimé que «ce n’est pas un hasard si ce sont les groupes amazighs qui s’opposent farouchement à la doctrine islamiste, tant dans l’Azawad qu’en Kabylie ou en Libye et un peu partout ailleurs dans les territoires amazighs», tout comme il a estimé que «ce n’est pas non plus un hasard si les amazighs n’ont aucune reconnaissance internationale» et qu’ils sont «combattus par leurs Etats respectifs», sans que ces derniers n’aient «jamais été interpellé par la communauté internationale».

Comparant la situation des peuples amazighs avec celle des kurdes, le porte-parole du MNLA a affirmé qu’il a fallu que «les djihadistes de l’EEIl soient en passe de mettre en place un Etat terroriste en Irak» pour que la communauté internationale se «souvienne» du Kurdistan et qu’il se décide à équilibrer le rapport de force en se décidant enfin à livrer des armes aux Kurdistan»….

Mossa Ag Attaher a estimé que s’il y avait bien une certitude à avoir «c’est que les peuples amazighs, tant en Afrique du Nord qu’en Afrique Sub-saharienne, constituent l’unique rempart au fondamentalisme et au terrorisme», et que pour «la stabilité du continent africain», il convient que les amazighs «retrouvent la place qui est la leur sur leur propre territoire».

«L’Afrique n’est ni l’Orient, ni l’Occident et n’a nullement besoin de singer l’un ou l’autre pour avoir le droit d’exister. Pour être libre, stable et prospère, l’Afrique doit pouvoir vivre en accord avec ses propres valeurs, pour elle-même et par elle-même ! La célèbre phrase de notre ancêtre commun, le grand roi Massinissa « l’Afrique au africain » est plus que jamais d’actualité !» a-t-il dit ; avant de conclure en disant que les amazighs ne devaient «rien attendre» de personne et qu’ils devaient «construire eux-mêmes» leur avenir sur leur propre modèle :«Nous ne sommes ni orientaux ni occidentaux, nous sommes africains et rien d’autre ! Notre sécurité et notre prospérité dépendent de nous et non de ceux qui prétendent défendre nos terres alors qu’ils n’en convoitent que ses richesses !» a-t-il conclu.

zp,
SIWEL 181717 AOU 14

Ci-dessous, en pièce jointe, l’intégralité de la communication de Mossa Ag Attaher, porte-parole et chargé de communication du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA)

les_enjeux_de_l_identite_amazighe_en_afrique_du_nord_et_au_sahel__intervention_du_mnla_au_10e_festival_twiza__tanger.pdf Les enjeux de l’identité amazighe en Afrique du Nord et au Sahel_ Intervention du MNLA au 10è festival Twiza _TANGER.pdf  (58.66 Ko)





Kabylie | Afrique du nord | Politique | International | Sport | Culture | Economie / Finances | Sciences Tech



Recherche

Dépêches en continu